Jade dans la Chine ancienne

Jade dans la Chine ancienne


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le jade (néphrite) était considéré comme la pierre la plus précieuse de la Chine ancienne et symbolisait la pureté et l'intégrité morale. Prisée pour sa durabilité et ses qualités magiques, la pierre a été laborieusement sculptée et polie dans toutes sortes d'objets, des bijoux aux ornements de bureau. Le jade était surtout utilisé pour des objets rituels tels que le bi disque et zong (cong) tubes, tous deux de fonction inconnue.

Exploitation minière et travail

Le jade, dans le cas de la Chine, fait référence à la néphrite minérale, la pierre dure la plus dure et la plus rare. Il existe un autre minéral portant ce nom, la jadéite, mais il était inconnu des Chinois avant le XVIIIe siècle de notre ère lorsqu'il a été importé de Birmanie. La néphrite se décline en différentes nuances de vert et d'autres couleurs en fonction du pourcentage de fer contenu dans la pierre et d'autres oligo-éléments. La source principale se trouvait dans la région du Xinjiang mais il est probable que d'autres sources, une fois épuisées, aient disparu des archives historiques. La région de Khotan en Asie centrale est une autre source connue de la pierre dans l'antiquité. Le jade a été utilisé pour la première fois à partir de c. 6000 avant notre ère et le vert sont restés longtemps la couleur préférée, mais au cours des 5ème et 4ème siècles avant notre ère, il y avait une mode pour le jade blanc avec une teinte brune et à nouveau au 1er siècle avant notre ère lorsqu'un jade blanc pur est devenu disponible en Asie centrale après l'expansion sous le Dynastie Han (206 AEC - 220 CE).

Creusées dans les montagnes et ramassées dans le lit des rivières - et connues comme « l'essence du ciel et de la terre », les pierres ne pouvaient pas être coupées par un couteau en métal. sculpté avec précision à l'aide d'une perceuse puis poli. Le jade est une pierre dure et son travail avec des outils primitifs aurait demandé beaucoup de temps et d'efforts, ce qui, bien sûr, n'a fait qu'ajouter à sa valeur. Les premières pièces ont des motifs linéaires gravés, mais au fil des siècles, une apparence plus sophistiquée a été obtenue en sculptant le jade de sorte que l'objet ait de nombreux contours, niches et pointes hautement polis.

Il était considéré comme vertueux que les gentilshommes ornent leurs maisons, et surtout leurs bureaux, d'objets sculptés dans le jade.

Associations et importance

Les anciens Chinois considéraient le jade comme le matériau naturel le plus précieux et le plus beau. Il a été sculpté dès la période néolithique (vers 3500-2000 avant notre ère) lorsqu'il était utilisé pour fabriquer des objets sacrificiels et rituels, en particulier dans les cultures Hongshan et Liangzhu. Cependant, c'est la qualité esthétique du jade et une association croissante avec les idées morales de pureté et de bonté qui lui sont attribuées par la pensée confucéenne qui ont permis à la pierre précieuse de rester pendant des siècles le matériau de décoration le plus recherché. Sans doute en raison de sa grande valeur, il est également devenu associé à l'aristocratie et il était considéré comme vertueux pour les messieurs d'orner leurs maisons, et en particulier leurs bureaux, d'objets esthétiques mais fonctionnels sculptés dans du jade. Une autre force du jade était la croyance que, comme il était considéré comme indestructible, il conférait une sorte d'immortalité à son propriétaire, et pour cette raison, les objets en jade étaient fréquemment enterrés avec les morts.

Le dictionnaire chinois du IIe siècle de notre ère Shuo-wen chieh-tzu donne la définition suivante du jade et de ses attributs crus :

Vous aimez l'histoire ?

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

Le jade est la plus belle des pierres. Il est doté de cinq vertus. La charité se caractérise par son éclat, brillant mais chaleureux ; rectitude par sa translucidité, révélant la couleur et les marques à l'intérieur; la sagesse par la pureté et la pénétration de sa note, lorsque la pierre est frappée ; courage, en ce qu'il peut être brisé mais ne peut pas être plié; l'équité, en ce qu'elle a des angles vifs qui pourtant ne nuisent à personne. (Dawson, 229)

Le jade était si apprécié qu'il avait une influence dans d'autres domaines. Les céramiques du VIIIe siècle avant notre ère copiaient fréquemment les teintes vertes du jade, tout comme les articles ultérieurs en céladon. Même dans la religion et la mythologie, le jade a eu un impact, l'un des principaux dieux chinois, l'empereur de jade, portant le nom de la pierre précieuse.

Objets de jade

De grandes tablettes rectangulaires ont été sculptées à l'époque néolithique, dont beaucoup reproduisent des formes d'outils et d'armes. Trouvés dans des tombes, leur fonction est inconnue. Un autre objet commun est la hache de cérémonie qui copie d'autres versions en pierre mais fabriquée à partir de jade peu pratique coupé en une forme rectangulaire avec un seul trou.

Une autre utilisation précoce du jade, pendant la dynastie Shang (1766-1111 avant notre ère), consistait à fabriquer des carillons car la résonance de la pierre était très estimée. A la même époque, des sceaux pour les orifices du corps dans les sépultures étaient fabriqués à partir de la pierre. Les surfaces des pièces de jade ont été sculptées un peu comme du bronze contemporain avec des motifs linéaires tels que des méandres abstraits, des spirales et des crochets. Un objet typique fait dans la pierre était les coupes rituelles de but inconnu connues sous le nom de zong (alias cong). Ceux-ci ont une forme de tube circulaire à l'intérieur d'un carré, sont parfois décorés d'encoches et de petits cercles, et peuvent mesurer jusqu'à 30 cm de haut et 15 cm de large.

Un autre objet rituel de jade commun, encore une fois de fonction incertaine, est le bi, un disque avec un trou central découpé et parfois avec le bord extérieur décoré d'entailles, qui a été produit pendant la dynastie Shang et Zhou (1111-221 avant notre ère). Bi sont souvent trouvés placés sur la taille ou la poitrine du défunt. Les bracelets de jade, les masques miniatures d'humains, de monstres et de taureaux, les lames de hallebarde et les outils miniatures tels que les faucilles, les couteaux, les peignes et les pelles qui ont souvent des trous, probablement pour être suspendus à une ceinture comme indiquée par la position de leur découverte sur les défunts dans les tombes. Enfin, il existe des plaques décoratives qui sont souvent en forme de croissant et appelées huang. Ils peuvent parfois être sculptés pour représenter des oiseaux et des dragons ou des serpents stylisés, mais conservent leur forme générale de croissant.

Le jade est maintenant utilisé pour des ornements, des bijoux, des figurines d'humains, des sculptures de paysage miniatures, des baguettes, des gaines pour protéger les ongles longs, des accessoires de bureau (pierres à encre, pots à pinceaux et porte-pinceaux), des boucles de ceinture et même de petits meubles. Une tombe de 113 av.

Le jade, en plus d'être utilisé comme matériau précieux à part entière et sans aucun ajout, était fréquemment utilisé comme incrustation dans d'autres biens précieux tels que les bijoux en bronze doré ou en or pur, les tasses et les bols.

Le jade faisait face à une concurrence croissante pour attirer l'attention des amateurs d'art et des esthètes en développant des métiers tels que la peinture, la céramique et la laque, mais la pierre a continué à conserver son attrait grâce à ses associations mystiques. La plus grande sculpture de jade jamais réalisée, Yu le Grand apprivoisant les eaux, est une représentation massive d'un paysage Qing sculpté en 1787 de notre ère par une équipe de sculpteurs qui a mis plus de sept ans à terminer et il illustre l'emprise continue du jade sur l'imagination chinoise qui reste ferme même aujourd'hui.


Jade chinois


Il y a un vieux dicton chinois "L'or a de la valeur mais le jade est inestimable". Révéler à quel point les Chinois pensent important et précieux à cette belle pierre précieuse au lustre gras. De nombreux pays ont une culture du jade, mais personne ne peut saisir la Chine avec sa longue et profonde culture et son histoire du jade.

L'un des articles de jade découverts à Hemudu dans la province du Zhejiang a une histoire de plus de 7 000 ans. Et il y a 4 000 ans, au Néolithique moyen et supérieur, les articles en jade étaient plus populaires, passant de l'utilisation de vases sacrificiels à un emblème de privilège, enterré avec de hauts fonctionnaires dans la tombe.

Depuis la période du printemps et de l'automne, les techniques de sculpture du jade se sont développées rapidement et les pièces de jade ont été finement sculptées. Les articles de jade de cette période en motifs de dragon, le phénix étaient très prisés aujourd'hui. Il y avait une règle stricte pour les fonctionnaires sur l'utilisation du jade pour montrer différents rangs par différents modèles. L'empereur de la dynastie Qin a utilisé le sceau de jade et suivi par d'autres empereurs. Pour préserver le corps des morts, Liu Sheng de la dynastie Han, le souverain de l'État de Zhongshan (113 av.

Sous la dynastie Ming, les articles en jade n'étaient pas seulement destinés à la décoration, mais avaient une utilisation plus pratique. À l'exception des ornements personnels comme la bague en jade, le pendentif en jade, les perles en jade de l'Antiquité, les articles quotidiens comme la tasse en jade, le pot en jade et les bols en jade étaient plus courants. À cette époque, le jade a été classé en 6 catégories selon leurs fonctions, récipient sacrificiel, outils, ornements, ustensiles et de nombreux autres articles (instruments de musique anciens en jade, comme la flûte de jade).

De temps, il reste de nombreux chefs-d'œuvre avec le changement de dynastie. La plupart des bijoux en jade antique sont précieux, collectés par des collectionneurs ou exposés au musée du monde entier. Certaines pièces de jade anciennes sont disponibles au musée de Shanghai ou au musée historique du Shaanxi de Chine. Le jade a fasciné les amateurs d'art du monde entier en raison à la fois de sa grandeur et de son intimité, la grande variété de couleurs et de formes représentées le rendent unique en tant que sujet à la fois lointain et sujet du domaine des formations géologiques.



Histoire du Jade – En Méso-Amérique

L'ancienne relation entre cette pierre précieuse et l'humanité a persisté dans les temps modernes parmi les sociétés indigènes de la Nouvelle-Zélande et de certaines parties de l'Amérique du Nord. En Chine, il s'est transformé en une tradition artistique qui a prospéré pendant plus de 3 000 ans.

En Amérique centrale, les groupes mésoaméricains, à savoir les Olmèques, les Mayas et les Aztèques, appréciaient le jade jadéite. Ils l'utilisaient à des fins médicinales ainsi que pour des bijoux, des ornements et des artefacts religieux. Le nom jade vient de l'expression espagnole piedra de ijada, littéralement « pierre de la douleur sur le côté ». Les premiers explorateurs espagnols l'ont nommé après avoir vu des indigènes tenir des morceaux de pierre sur leurs côtés pour guérir ou soulager diverses douleurs. La jadéite symbolise également la prospérité, le succès et la chance.

Parmi les différents groupes de Mésoaméricains, ils privilégiaient chacun différentes couleurs de jade à leur goût. Les Olmèques de la côte du Golfe préféraient la jadéite bleuâtre, connue sous le nom de « bleu olmèque », tandis que les Mayas préféraient les pierres aux tons verts intenses, connues sous le nom de « vert impérial ».

Plusieurs centaines d'années plus tard, à l'époque de l'arrivée des Espagnols dans la capitale aztèque de Tenochtitlan au XVIe siècle, le jade était la substance la plus appréciée. Réservé à la parure des dieux et de la royauté, et alors seulement à certaines occasions, le jade était considéré comme un symbole de vie et de pureté.

Les images ci-dessous sont des sculptures en pierre de jade produites par les peuples olmèques du sud du Mexique et datées entre 900 et 400 av.

Maintenant que vous connaissez l'histoire du jade en Méso-Amérique, aimeriez-vous savoir où se trouvent les gisements de jade dans le monde ? Cliquez ici pour en savoir plus.

Et si vous êtes prêt à voir des bijoux en jade, commencez par notre Terra | collection, cliquez ici pour y aller maintenant.


Une autre prise : l'histoire de l'origine taoïste

En revanche, l'histoire d'origine taoïste de l'Empereur de Jade est assez différente. Dans cette version des événements, l'empereur de Jade était à l'origine le prince héritier du royaume de la pure félicité et des majestueuses lumières et ornements célestes (traduit également par le royaume de la joie miraculeuse de la guirlande de luminosité). Selon cette histoire, l'Empereur de Jade est né d'une vierge. Comme le roi était un homme malade et âgé, sa reine a prié pour qu'un héritier hérite du trône. Une nuit, elle a eu une vision du philosophe taoïste Laozi, et est ensuite tombée miraculeusement enceinte. Même enfant, l'Empereur de Jade était différent de tous les autres enfants. On dit qu'il était capable de marcher et de parler devant ses pairs et qu'il était incroyablement compatissant, patient et gentil. Enfant, l'Empereur de Jade passait son temps à aider les nécessiteux, faisant preuve de respect et de bienveillance envers toutes les créatures.

Après la mort de son père, l'Empereur de Jade est devenu le nouveau souverain de son royaume et a veillé à ce que tous ses sujets puissent atteindre le bonheur et la prospérité. Cette tâche a été accomplie en quelques années, après quoi l'Empereur de Jade a abdiqué. Après avoir renoncé à son trône, l'Empereur de Jade partit pour la Falaise Lumineuse et Parfumée, où il cultiva le Tao. Après une longue période de culture, d'étude et de pratique, l'Empereur de Jade atteignit l'immortalité et devint une divinité.

Selon une autre histoire taoïste, peut-être une suite de la précédente, l'empereur de Jade a à l'origine servi d'assistant à Yuanshi Tianzun, dont le nom signifie "Vénérable céleste du commencement primordial" ou "Seigneur primordial du ciel". Yuanshi Tianzun est l'un des Trois Purs et aurait personnellement choisi l'Empereur de Jade pour lui succéder. On pense également que l'Empereur de Jade sera finalement remplacé par le "Maître Céleste de l'Aube de Jade de la Porte Dorée".

L'Empereur de Jade entouré de serviteurs tenant la cour du dieu local, comme on le voit sur un rouleau chinois des années 1600. ( Le musée Métropolitain d'art / Domaine public)

Sortir de l'obscurité pour devenir la divinité taoïste suprême

Historiquement parlant, l'empereur de Jade était une divinité mineure ou inconnue avant la dynastie Tang. Ce n'est qu'au cours de cette période que le statut de l'Empereur de Jade dans le panthéon taoïste a été élevé. Avec le temps, l'empereur de Jade était vénéré par les croyants comme la divinité suprême du taoïsme, et les écrivains et les poètes qui ont écrit à son sujet l'ont reconnu comme tel. Dans la religion populaire, l'empereur de Jade était considéré comme l'équivalent céleste de l'empereur chinois et est venu remplacer les divinités plus anciennes telles que Tianweng ("Père céleste") et Zhang Tiandi ("Empereur céleste Zhang"), qui étaient auparavant vénérées comme « chefs du ciel ».

Pendant la dynastie Song, qui a succédé à la dynastie Tang, l'empereur de Jade a été inclus comme l'une des divinités à qui des sacrifices ont été offerts par l'État. En dehors de cela, l'empereur de Jade a été fusionné avec le plus impersonnel Haotian Shangdi ("Haut ancêtre de Bright Heaven"). De plus, sous le règne de l'Empereur Huizong, au début du XIIe siècle, l'Empereur de Jade reçut le titre Haotian Yuhuang Shangdi (« Grand Ancêtre du Ciel Lumineux, Empereur de Jade »).

À la fin de la dynastie Song, cependant, l'empereur de Jade a perdu sa position de divinité de l'État. Néanmoins, des offrandes pouvaient toujours être faites à l'Empereur de Jade, mais uniquement à titre personnel. Bien que l'Empereur de Jade ait perdu son statut de divinité « officielle », il était toujours vénéré comme la divinité suprême par le peuple chinois. À un moment donné, il a même reçu le titre bouddhiste Qingjing Ziran Juewang Rulai (« Pur roi de l'illumination naturelle, Tathagata »). Ceci est un exemple de la fluidité du taoïsme et du bouddhisme en Chine, et comment les divinités d'un panthéon peuvent être assimilées dans un autre.

L'Empereur de Jade est inclus dans le chef-d'œuvre littéraire chinois du 16 e siècle, Journey to the West, où il croise la route de Sun Wukong, le roi singe, que l'on voit ici. ( Domaine public )


JADE : CHINE, HISTOIRE ANCIENNE, MINES ET PRODUCTION


Période Qing Chou de jade Les Chinois vénèrent le jade depuis le néolithique. Les données archéologiques montrent que les anciens Chinois utilisaient du jade néphrite pour fabriquer des ornements et des armes il y a entre 7000 et 8000 ans. Selon un ancien proverbe chinois : « Vous pouvez mettre un prix sur l'or, mais le jade n'a pas de prix. » [Source : Fred Ward, National Geographic, septembre 1987 Timothy Green, Smithsonian magazine, 1984]

Le mot chinois « yu que nous traduisons par « jade » fait en fait référence à toute roche qui est sculptée. Quelque 30 ou 40 types de minéraux différents en Chine sont appelés yu. La néphrite est connue sous le nom de « lao-yu » (« vieux jade »). ou « bai-you » (« jade blanc ») et la jadéite est connue sous le nom de « fei-cui-yu » (« jade martin-pêcheur). John Ng, spécialiste du jade et auteur de Jade et toi, a déclaré au magazine Smithsonian : « Les Chinois ou les Japonais n'hésitent pas à acheter de bonnes pièces pour donner de la chance à leur famille ou à leurs amis. Pour les Asiatiques, donner du jade transmet un sentiment spécial.

Selon le mythe chinois de la création, après sa création, l'homme a erré sur la terre, impuissant et vulnérable aux attaques des bêtes sauvages. Le dieu de la tempête a eu pitié de lui et a forgé un arc-en-ciel en haches de jade et les a jetés sur la terre pour que l'homme puisse le découvrir et se protéger.

Certains chercheurs ont suggéré que la civilisation chinoise s'est construite autour du jade. Connue sous le nom de "Pierre du Ciel", elle avait plus de valeur que l'or ou les pierres précieuses dans la Chine impériale et était considérée comme un pont entre le ciel et la terre. Prisé à la fois pour sa beauté et sa valeur symbolique, le jade est traditionnellement porté comme talisman par les Chinois et façonné en une variété d'objets. Le jade était également prisé par les civilisations olmèque et maya en Amérique et par les Maoris en Nouvelle-Zélande.

Le jade se présente sous deux formes : la néphrite et la jadéite, toutes deux appréciées pour leur dureté, leur fermeté et leur capacité à être sculptées, ainsi que pour l'éclat qu'elles génèrent qui crée une apparence de transparence. La néphrite et la jadéite sont deux matériaux chimiquement différents et distincts. Les deux sont techniquement des roches et non des pierres précieuses, car ce sont des agrégats minéraux plutôt que des cristaux. Les pierres naturelles considérées comme du jade comprennent la chrysoprase, le jaspe, la serpentine et la stéatite.

Sites Web et ressources


Masque de jade maya Bons sites Web et sources : Jade Factoryjadefactory.com Chinatown Connection chinatownconnection.com British Museum britishmuseum.org International Colored Gem Association gemstone.org Livre: Jade et toi, par John Ng

Bons sites Web et sources sur l'art chinois : Chine --Ressources d'histoire de l'art art-and-archaeology.com Ressources d'histoire de l'art sur le Web witcombe.sbc.edu Art of China Consortium nyu.edu/gsas/dept/fineart Littérature et culture chinoises modernes (MCLC) Arts visuels/mclc. osu.edu Art asiatique.com asianart.com Musée en ligne de la Chine chinaonlinemuseum.com Archives Huntington d'art asiatiquekaladarshan.arts.ohio-state.edu Art Qing learn.columbia.edu Musées avec des collections d'art chinois de premier ordre Musée national du Palais, Taipei npm.gov.tw Musée du Palais de Pékin dpm.org.cn Metropolitan Museum of Art metmuseum.org Musée Sackler à Washington asia.si.edu/collections Page de la Chine Liste des musées chinapage.com

Culture chinoise: Cultural China (site avec de belles photos cultural-china.com China Culture.org chinaculture.org China Culture Online Chinesecultureonline.com Chinatown Connection chinatownconnection.com Transnational China Culture Project ruf.rice.edu China Research Paper Search china-research-papers.com Livre: La culture et la civilisation, une série massive en plusieurs volumes sur la culture chinoise (Yale University Press).

Liens sur ce site Web : PREMIER ART CHINOIS Factsanddetails.com/Chine ART CHINOIS DES GRANDES DYNASTIES Factsanddetails.com/Chine DYNASTIE SHANG (2200-1700 BC) ET DYNASTIE XIA Factsanddetails.com/Chine DYNASTIE ZHOU (CHOU) (1100-221 BC) Factsanddetails.com/ Chine DYNASTIE HAN (206 BC-AD 220) Factsanddetails.com/Chine DYNASTIE TANG (AD 690-907) Factsanddetails.com/Chine DYNASTIE SONG (960-1279) Factsanddetails.com/Chine DYNASTIE YUAN (MONGOL) (1215-1368) DYNASTIE MING (1368-1644) Factsanddetails.com/Chine DYNASTIE QING (MANCHU) (1644-1911) Factsanddetails.com/Chine JADE CHINOIS Factsanddetails.com/Chine CÉRAMIQUE ET PORCELAINE CHINOIS Factsanddetails.com/Chine PEINTURE CHINOIS Factsanddetails.com/Chine CALLIGRAPHIE CHINOIS Factsanddetails.com/China ARTISANAT CHINOIS Factsanddetails.com/China COLLECTE, PILLAGE ET COPIE D'ART EN CHINE Factsanddetails.com/China

Symbolisme du jade en Chine

Vénéré pour sa dureté et sa texture, le jade symbolise le cosmos, la richesse, le pouvoir politique, la sécurité, la bonne santé et la force. En Chine, des cigales de jade ont été placées sur la langue des morts pour accélérer la résurrection, les cochons de jade symbolisent la prospérité, les disques de jade représentent le ciel et un morceau de jade enfermé dans un carré signifie la terre.

Les érudits confucéens ont comparé les 11 vertus du jade comme modèles de comportement humain. Confucius lui-même a assimilé la pierre à l'intelligence, la vérité, la loyauté, la justice, la pureté et l'humanité, et il a utilisé la pierre pour symboliser l'idée de junzi, l'homme noble ou supérieur. Les alchimistes taoïstes mélangeaient des élixirs avec de la poudre de jade qu'ils espéraient les rendrait immortels.

Les empereurs communiquaient avec les dieux à travers des disques de jade et les poètes chinois appelaient la peau d'une belle femme « jade parfumé » et la partie de son corps que les hommes aiment tant à entrer, sa « porte de jade ». Un beignet en jade est traditionnellement offert en cadeau aux nouveau-nés. Les cadeaux de jade étaient généralement offerts en pots-de-vin à des fonctionnaires chinois corrompus. Dans les épreuves sportives, les concurrents des deuxième et troisième places ont reçu des trophées d'or et d'ivoire, tandis que les gagnants ont reçu du jade.

Le jade est prescrit comme médicament et crédité d'avoir des pouvoirs miraculeux et la capacité de conjurer le mal et la malchance. Un villageois du Xinjiang a déclaré au Los Angeles Times : « Je pense que cela guérira tout. J'ai entendu dire que lorsqu'il touche votre peau, il aspire les poisons.

Le jade comme minéral


Poisson jade de l'ère Ming La néphrite est un silicate de calcium et de magnésium. Ce qui distingue la néphrite des autres roches de même composition chimique, ce sont ses grains en forme d'aiguille et sa structure fibreuse cannelée étroitement entrelacée. La néphrite est plus résistante que la plupart des aciers et a une texture cireuse et fibreuse.

La néphrite est disponible dans une variété de couleurs, y compris sa couleur la plus prisée « gras de mouton » blanc jaunâtre, longtemps chérie par les sculpteurs et les collectionneurs chinois. Sans impuretés, la néphrite est d'un blanc neigeux. La présence de magnésium et de fer produit une couleur blanc bleuté. Le jaune est produit par l'ion ferrique, le marron par l'hématite et le gris et le noir par le graphite.

La néphrite est plus abondante que la jadéite et se trouve principalement dans les marbres dolomitiques et les ulramfiques serpentés. Il a d'abord été découvert par des Chinois, qui le considéraient comme un matériau très rare et ont eu beaucoup de mal à l'obtenir. Aujourd'hui, on le trouve dans de nombreux endroits, notamment en Chine, en Sibérie, à Taïwan, en Nouvelle-Zélande, en Alaska, en Californie et au Wyoming. Des gisements de la taille d'un rocher existent en Colombie-Britannique et en Australie. La seule dépense est leur transport. Selon le livre Guinness des records, le plus gros morceau de jade est un morceau de néphrite trouvé dans le territoire du Yukon au Canada qui pesait 636 tonnes.

La jadéite est un silicate de sodium et d'aluminium. Il est généralement plus brillant et légèrement plus lourd et plus dur que la néphrite mais pas aussi dur. La jadéite note 7 sur l'échelle de dureté de Mohr contre 6½ pour la néphrite et 10 pour un diamant. Environ 90 pour cent de la jadéite mondiale provient du Myanmar. Il existe d'autres petits gisements de pierre en Russie, en Chine, au Japon et en Amérique du Nord et centrale. Les premières expéditions de la pierre de Birmanie vers la Chine sont arrivées en 1784 et ont été très appréciées depuis lors.

Les anciens Chinois ne faisaient pas une distinction fine entre le vrai jade et le jade simulé. Les simulations de jade communes se répartissent en quatre classes : 1) les groupes de serpentine 2) de feldspath, 3) de carbonate et 4) de quartz. Les spécimens du groupe de quartz, tels que le cristal de roche incolore transparent connu des anciens Chinois sous le nom d'« aquajade », sont la forme la plus observée de stimulant de jade. La cornaline, connue sous le nom de « jade rouge » dans l'antiquité, est idéale pour la sculpture.

Couleurs de jade


rocher de jade La plupart des jades ont une couleur vert vif associée aux bijoux en jade, bien qu'il existe une multitude d'autres couleurs telles que le blanc, le noir, le jaune, le rouge, le bleu et la lavande --- selon la composition chimique de la pierre. Les variations de la teneur en fer de la jadéite peuvent produire des teintes rouge brunâtre, vert foncé ou lavande. Le jade blanc translucide est très prisé.

La jadéite verte tire sa couleur verte de l'élément chrome. La jadéite la plus prisée est le jade vert émeraude translucide connu sous le nom de « jade impérial ». Les vendeurs sournois peuvent teindre le jade d'une couleur verte plus riche en le chauffant lentement à 212 & 778F et en le trempant dans des sels de chrome pendant deux heures. Le colorant pénètre dans les fissures entre les cristaux de jade et les acheteurs sont facilement dupés. Les bons « travaux de teinture » sont difficiles à détecter. Avec les mauvais, la couleur semble « flotter » à la surface de la pierre, indiquant que le colorant n'a pas pénétré profondément.

Le caractère chinois pour le jade, "fei-ts'ui", représente deux espèces de martin-pêcheur avec des plumes dont les couleurs sont similaires à celles de la jadéite rouge-brun et vert émeraude.

Les premières sources de jade en Chine


Plaque de jade vert Les sources des anciens jades néolithiques sont inconnues. La plupart des jades néphrites de la dynastie Shang (1766-1122 av. Comme la plupart de ce jade provenait du district de Ho-t'ien (Hotan), il s'appelait "Ho-t'ien jade".

La néphrite chinoise vert foncé provient généralement des ultramafiques serpentines de Tien Shan Ma Na Su dans la province du Xinjiang. De la néphrite de cette couleur est également extraite aujourd'hui à Hualien à Taïwan, en Nouvelle-Zélande et au Canada.

Une partie du jade de la plus haute qualité en Chine --- plus particulièrement le jade blanchâtre gras de mouton --- provient d'une zone le long des rives de la rivière Yulong Kashgar près de Hotan. Des documents historiques vieux de deux mille ans font référence à une route de jade de la région. De nombreux cadeaux présentés à l'empereur ont été faits avec du jade Hotan. Un morceau de jade de graisse de mouton Hotan pesait 11 795 livres a été sculpté dans une image d'un ancien empereur menant des efforts de lutte contre les inondations. Il réside désormais dans la Cité Interdite.

Les Chinois sont passés de la néphrite à la jadéite lorsque les empereurs de la dynastie Qing ont étendu l'empire chinois au XVIe siècle dans la province du Yunnan et l'État Kachin de l'actuel Myanmar. L'État Kachin est l'une des principales sources mondiales de jadéite. Selon la légende, le premier rocher de jadéite apporté en Chine a été transporté de Kachin à dos de mule par un marchand qui a utilisé le rocher pour équilibrer sa charge.

La néphrite trouvée dans l'ouest de la Chine a traditionnellement été collectée par des "cueilleurs de jade" qui errent sur les rives des lits de rivière asséchés en ramassant des pierres emportées par les montagnes de Jade voisines lors des inondations printanières.

Pièces de jade chinois néolithiques


Tablette de jade, 3200-2000 av. Au néolithique (5000-2000 av. J.-C.), prêtres et militaires utilisaient des pièces de jade pour le culte des divinités et des ancêtres. Les ornements les plus courants --- disques pi ronds et tubes ts'ung carrés --- symbolisaient le ciel rond et la terre carrée. Les ornements de jade dans la Chine ancienne étaient utilisés comme objets d'autorité et emblèmes de pouvoir.

Les anciens Chinois croyaient que leurs ancêtres provenaient de Dieu et communiquaient à travers des êtres et des symboles surnaturels, dont les images étaient placées sur des ornements en jade. Les anciens chamanes utilisaient très probablement des ornements de jade avec des marques divines pour commander les forces mystiques et communiquer avec les dieux et les ancêtres. Le jade était également utilisé dans les anciennes cérémonies funéraires.

Dans les temps anciens, le jade était coincé ou fissuré à partir d'une pierre et très probablement façonné par des artisans utilisant des meules. Les outils métalliques n'avaient pas encore été inventés. Il a fallu un temps considérable pour façonner, polir et graver les pièces élaborées exposées dans les musées. La plupart auraient été créés pour la royauté ou la noblesse.

Jades circulaires néolithiques

Les jades circulaires étaient assez courants au néolithique. Bien qu'il s'agisse généralement de disques avec un trou au milieu, il y avait des différences régionales prononcées. Les jades du nord de la culture Hongshan (4000-3000 av. Les pièces de jades du Nord étaient principalement portées comme ornements.

Les jades circulaires du sud de la culture Liang-chu du bas Yangtze (3200-2300 av. J.-C.) étaient pour la plupart verts et souvent parsemés de taches blanches. Utilisés principalement comme objets rituels, ces jades circulaires mesuraient environ 20 centimètres de diamètre avec un trou central percé des deux côtés. Des bords surélevés bordaient le trou central, tandis que les bords extérieurs étaient plats et circulaires. Les petites courbes en arc parfois visibles à la surface sont des vestiges du processus de coupe et de sculpture.

Les jades circulaires du nord-ouest de la culture Lungshan (2500-2000 av. J.-C.) et de la culture Shensi et Kansu Qichian (2000-1600 av. bord inférieur. Les jades orientaux de la culture Ta-wen-kou du cours inférieur du fleuve Jaune (4300-2300 av. J.-C.) étaient pour la plupart des objets de petite taille influencés par les styles du nord et du sud.

Shang et Zhou Jades

Tigre de jade de l'ère Shang
Les jades circulaires de la dynastie Shang (1700-1100 av. J.-C.) sont généralement similaires aux jades circulaires du nord-ouest. Les pièces Shang ultérieures présentaient des bords intérieurs surélevés et des bords extérieurs minces, des ensembles de cercles concentriques sculptés et des images de dragons, de poissons, de tigres et d'oiseaux enroulés. Pendant la dynastie Zhou (1100-221 av. J.-C.), les pendentifs en jade étaient très populaires et le niveau de leur savoir-faire était inégalé dans aucune période future.

Pendant les dynasties Shang et Zhou, les objets en jade étaient des objets importants dans les cérémonies et les rituels. À l'époque des Zhou occidentaux (1100-700 av. J.-C.), le type et le nombre de jades circulaires utilisés dans les cérémonies représentaient le statut social d'une personne. Les jades circulaires de cette période étaient souvent découpés en pièces symétriques pour former des ensembles de deux ou trois pièces.

Les jades circulaires fabriqués au cours de la période des Printemps et Automnes et des Royaumes combattants (722-221 av. J.-C.) étaient plus petits que ceux des périodes Shang et du début des Zhou. Ils contenaient des images sculptées de dragons chih enroulés, de graines de céréales et de motifs de nuages. Au cours de cette période, les jades circulaires étaient couramment portés par les gens. Des matériaux autres que le jade, tels que l'agate et le verre, étaient utilisés pour fabriquer des ornements en « jade ».

Costumes et pièces de jade de la dynastie Han

Pendant la dynastie Han (206 avant JC-220 après JC), la famille impériale tenait le jade en grande estime. De leur vivant, ils portaient des pendentifs en jade et avaient ingéré de la poudre de jade. Quand ils sont morts, ils étaient couverts et bourrés de jade. Les bannières et les tuiles funéraires étaient imprimées sur le disque pi rond, censé aider le défunt à atteindre le monde suivant plus rapidement.

À l'époque des Han, on croyait que les objets en jade avaient une signification propice, leurs utilisations et leurs fonctions se sont multipliées. Les jades circulaires --- contenant souvent des images d'animaux à deux corps, des motifs de masques, des graines de céréales, des motifs de tapis de jonc, des dragons chih enroulés et des mamelons à pointe ronde --- décorent les bâtiments. Les motifs gravés de dragon et de phénix étaient populaires à la cour impériale des Han.

Les plus grandes expressions de la quête de l'immortalité étaient les costumes de jade apparus vers le IIe siècle av. Environ 40 de ces costumes de jade ont été déterrés. Le costume de jade du IIe siècle av. Le prince Liu Sheng déterré près de Chengdu, dans la province du Sichuan, était composé de 2 498 plaques de jade cousues ensemble avec de la soie et du fil d'or. Liu Shen a été enterré avec son épouse qui était également bien vêtue d'un costume de jade. Une place suffisante a été faite pour le ventre du prince.

On croyait que les combinaisons de jade ralentissaient la décomposition et préservaient efficacement le corps après la mort. A jade suit unearth in Jiangxi Province was made of roughly 4,000 translucent pieces of jade held together with gold wire. Designed to form fit and cover the body, it has the shape of a robot from 1950s B science fiction movie.


Five Rats Jade pieces from the Qing imperial court were characterized by their impressive size, neatness and symmetry. Common motifs included dragons, emblems of the emperor, various auspicious symbols, and imperial inscriptions and marks. These jade pieces were often put on sandalwood pedestals or kept in special cases and boxes.

During the early Qing Dynasty, jade from Xianjiang was carved into elaborate floral designs, shallow reliefs the thickness of paper and ornaments inlaid with colored glass or gold and silver thread.

Jadeite carving really took off in China under the Qianlong Emperor (1736-96) who preferred the varied translucent colors of jadeite to the opaque "chicken bone" jade and "mutton-fat" nephrite that was prized before him. Jadeite from the Yunnan Province and northern Burma was imported into China in large quantities in the 19th century and became prized above all other kinds of jade.

Jade Business in China

The jade world is hard for outsiders to understand. Jade lacks clear, well-understood standards of quality as is the case with diamonds. A rating system exists that evaluates jade on scale from "A" for "exceptional" to "E" for "acceptable" based on tone, texture, translucence and color but it is not widely followed or recognized.


Qing-era jade bird Many aspects of the traditionally jade business are like a guessing game. "Rough jade," wrote Timothy Green in Smithsonian magazine, "has an opaque skin, rather like the shell of a nut, caused by oxidation. To the untutored eye it looks just like any other large stone and the true contents is very hard to detect. That uncertainty is the very essence of the jade game. The logical approach would be to cut open the [rough jade boulder] immediately, but that would spoil the fun---and the potential for profit. The trick, for both buyer and seller, is to stake their judgement on three crucial points: How true is the color throughout the stone? How translucent is it? And are there cracks and flaws within?"

To determine the value of the jade a small "window" is cut into the skin of the boulder. Buyers use flashlights and spotlights to try and determine the depth and translucence of the color. One buyer told Smithsonian magazine, "Even the best appraiser can see only 70 percent of the value of the stones. He can see the quality of color but not quantity of the color.” Another buyer, with 21 years experience, said, “You need a good memory, because you must study every piece you buy and remember how the crust of the rough looked, and the color distribution when it was cut. Then, if you see a similar stone, you apply that knowledge. I often recall a stone I saw ten years ago."

In many places jade is still changed hands using an ancient Chinese ritual to keep the bidding price secret in which the buyer holds the jade he is bidding for in one hand and holds hands with the seller underneath a cloth with his other hand. The buyer only speaks the words for "hundred" or "thousand" and makes a signal with his hand under the cloth to express a number between one and ten. If a buyer extends two fingers under the cloth, for example, and shouts "thousand" he is making a bid for "2000."

Jade Carving in China


Jade carver at work Up until about fifty years ago most carvers used the traditional method of drawing a bowstring back and forth to propel a drill with water and abrasive.

Unlike ivory, jade is to hard to carve. It is shaped through cutting, grinding and polishing. Some craftsmen use electric tools, others use traditional tools such as pedal-operated treadle grinder, which has remained essentially unchanged for over a thousand years. One craftsman who prefers traditional tools told Smithsonian magazine, "We could use a diamond saw, but this traditional method gives him more control. There is less wastage, because you can cut a very thin slice."

Master jade craftsmen, like diamond cutters, take their time sizing up their pieces of jade. "It's an expensive material," one carver told Green, "and you've go to be careful, can't make mistakes. We think about it for a few weeks." One scholar told Green, "Ideally the shape you are looking at should be as close as possible to the original boulder. The craftsman is asking himself, 'How little can I do and still make it a pleasing piece?'"


sidewalk jade carver "Sometimes we just enjoy ourselves," a Chinese carver told Green. "But jade carving is very slow, and it takes a long time to sell, because the market for jade carving is narrow: just a few collectors here and in Japan and America.”

The workshops that mass produce simple jade jewelry are a different story. Green wrote: "A young craftsman in T-shirt and shorts uses a treadle cutter with a rope attached to a steel blade to saw through a five-pound piece of jade. His bare feet made a relentless patter on the treadle, and he regularly fed the blade with a mixture of abrasive grit and water."

The first step in making a bangle is carving an outline on the on the jade. Then the jade is cut into slices about half an inch thick and the holes are drilled out. "Drills like those of a dentist. punch out the center and shape the bangles," wrote Green, ", which are finally ground and polished on diamond wheels." The retail price for a jade bangle is usually about three times the wholesale price. Quality pieces have a fine grain, good color and translucency."

Hotan Nephrite


jade in back of a truck in Khotan Hotan jade accounts for about 10 percent of the annual $1.2 billion jade trade in China. Much of it is mined by small-time prospectors with sieves who hope for a big strike but get by mostly with relatively small pieces of white, green and brown jade that they can sell for a few cents a day,

In recent years the otan area has become flooded with jade prospectors, so many in fact that some people worry that the area could suffer environmental damage that could last a long time and the resource that have kept the region going for millennia could be used up. Most worrisome is the damge caused by big mining operations. According to some reports 80 percent of Hotan ‘s jade has been exploited as of 2006 and there is only enough to last for three to five more years.

A ban has been placed on mining along the Yulong Kashgar River but the ban has had little effect and mining has pretty much continued as before because local officials have been bribed by the big miners. As many a s 20,000 people and 2,000 pieces of heavy equipment continue to work the area, leaving behind strip-mine-like gashes as deep as 30 feet.

In imperial times, Hotan jades were sent as tributes to Chinese emperors and carved into exquiste works of art and made into chops used to seal official documents. The price of Hotan nephrite soared in the mid-2000s, quadrupling in value in 2007 alone to 10,000 yuan ($1,347) a gram for the best-quality stone, or 40 times the value of gold. .

Burmese Jade, Hong Kong and China


Hotan jade miner Most of the world’s jadite is made into finished products in Hong Kong or Taiwan, mostly easy to replicate jewelry such as bangles and rings. Carving delicate figurines is time- consuming and expensive and there are only a few collectors that can afford the prices which often can be as high as $100,000 to $250,000. The highest price ever paid for jade jewelry was $9.39 million for necklace with 27 beads of emerald green jadeite. It was sold at a Christie's auction in Hong Kong.

The relation between the jade merchants of the Kachin State and the craftsman in the Yunnan Province endured for centuries but was broken by the Communist Revolution, when jade merchant set up shop in Hong Kong and carvers and crafts men migrated to Hong Kong from Beijing and Shanghai. Today, the quality of jade craftsmanship is much better in Hong Kong than it is in China or Taiwan.

Of the jadeite that reached China from Myanmar in the 1980s, about 40 percent of it was bought legitimately from auctions in Burma, 40 percent was smuggled through Thailand, and the remainder came directly from Burma to China's Yunnan province.

These days Chinese in Yunnan are buying more and more jade directly from the Kachin State. Much of the jade is purchased by buyers from China's National Arts and Crafts Import and Export Corporation in Beijing and the Guangdong Arts and Crafts Company in Guangzhou (Canton).

Jade Miners in Khotan


Large mutton fat jade piece
in Hotan Cultural Museum Nephrite found in western China has traditionally been collected by "jade pickers" who wander the shores of dry river beds picking up stones washed down from the nearby Jade Mountains during the spring floods.

In the Hotan area modern miners and prospectors use a variety of methods. Some dig holes in the river banks with picks and shovels. Others dig pits with their bare hands. More sophisticated operations use bulldozers to strip mine large swaths of earth, diesel-engine power pumps to spay water on patches of dirt and rock to reveal promising pieces of rock that can be checked out further with high powered drills.

By one count around 100,000 jade miners flood the Hotan area in the peak season in the spring and summer with only a handful finding enough jade to justify the time and expense spent looking for it. One miner told the Time of London, “In the summer this whole place is black with people. If the there are 5,000 searching then maybe 100 will find some good jade---but “there’s always a chance, you never know, And the price is now so high.”

Describing a small time miner, Jane Macartney wrote in the Times of London, ‘smeared with mud and dust, men and women crouch in hollows they have dug on river banks, scratching among the boulders for a stone to make their fortune. Small time panners like Yimin Narhun. shovels out a ditch in which he can scrabble for stones while his wife and three-years-old son watch.” “I have found nothing,” the sheep farmer said. “But you never know. One good rock and my fortune is made.”

Jade Markets and Factories in China

Describing a makeshift jade market in Hoton, Macartney wrote in the Times of London, ‘some lay their wares on wooden bedstands: chunks of rock that look more like brown-veined stones than the stuff of dreams. Others open a fist to show a handful of pebbles from white to green to brown. Shops line the streets in Khotan, selling jade, cut into shapes from time smiling Buddha heads to shrimps, monkeys, flowers and fruit.” One shop sold a mutton-fat Buddhist figure for $13,475.

Jade bazaar in Hotan Much of China’s jade and semiprecious gems are made into jewelry and carvings in more than 2,000 small and medium-size factories in and around Shenzhen. These factories process 50,000 tons of semiprecious stone jewelry a year, 70 percent fo the world’s total.

Today, jade carvers mostly use diamond tipped equipment. In jade factories some workers cut big pieces of jade into smaller pieces. Others shape them into bangles and beads, polish them, drill holes and sting them onto earrings, bracelets and necklaces. The factories also make jewelry and other objects from onyx, turquoise other stony minerals. Buyers of jade today beware. Very little of what is sold at "jade factories" is actually jade. Often it is soapstone, agate or bowerite, and other minerals are used that are difficult to distinguish from jade without a microscope.

The factories are often sweatshops with poor ventilation and miserly managers who won’t even provide their workers with masks. In some factories the workers live in dormitories with bunk beds and without any showers or baths, requiring them to wash themselves using towels and buckets.

Boulders of jade are cut into smaller pieces with electric saws manned by workers who are paid as little as $20 a month. After a day's work they are covered in dust and look like coal miners, except the dust is green, red or yellow depending on the color of stone that has been cut. Many work without masks and develop respiratory problems, in some cases coming down with cancer or a disease called silicosis, or dust lung, while still in their early 30s. Silicosis kills more than 26,000 Chinese workers a year in professions such as mining, quarrying, gem cutting construction and shipbuilding.

Khotan Jade Boom


Mutton fat jade for sale
at Khotan Jade Market Quality jade from the muddy White Jade River in Khotan is now more valuable than gold, with the most prized nuggets of mutton fat jade fetching $3,000 an ounce in 2010, a tenfold increase from a decade earlier.[Source: Andrew Jacobs, New York Times, September 20, 2010]

A generation before some valuable jade pieces were treated as ordinary rocks. Thirty-year-old Lohman Tohti told the New York Times he recalls as a child heaving melon-size hunks into the sandbags that were used to thwart rising flood waters of the White Jade River. When Chinese buyers began arriving here in the early 1990s and the locals got wind of the stones potential value, his uncle made an enviable deal: he traded a rock the girth of a well-fed hog for a skinny cow. Today, my uncle would be a millionaire, Tohti, now a jade dealer, said with a wince. [Ibid]

The jade boom, , fueled by a combination of new Chinese wealth and a 5,000-year love fore the stone, turned Khotan into something of a boom town in the late 2000s and in the process turned some Khotan cotton farmers and Chinese carpetbaggers into jade tycoons. “The love of jade is in our blood, and now that people have money, everyone wants a piece around their neck or in their home,” Zhang Xiankuo, a Chinese salesman told the New York Times as he opened a safe to show off his company’s most expensive carved items, among them a pair of kissing swans that retails for $150,000 and a contemporary rendition of a Tang dynasty beauty, her breasts impertinently exposed, that can be purchased for $80,000. [Ibid]

Uighurs, Chinese and Jade

Unlike elsewhere in Xinjiang, Muslim Uighurs and Han Chinese seem to be getting along in Khotan with both prospering from the jade trade. The Uighurs have largely made their fortune harvesting jade from the river and selling it to Chinese middlemen. Because devout Muslims are proscribed from dealing in certain representational images, the Han have come to monopolize the carving and sale of Buddhist figurines, stalking tigers and the miniature cabbages that are popular among Chinese consumers. [Source: Andrew Jacobs, New York Times, September 20, 2010]

“Jade has no meaning for our culture, but we are thankful to Allah that the Chinese go crazy for it,” said Yacen Ahmat, a Uighur who spends seven days a week working the crowds at Khotan’s jade bazaar, a busy marketplace dominated by prospectors trying to unload jade pieces on savvy wholesalers or east-to-dupe tourists. [Ibid]

Hu Xianli, a 59-year-old self-professed jade fanatic from eastern Zhejiang Province, told the New York Times he had been duped countless times over the years. At best, he has grossly overpaid for mediocre specimens. At worst, he has mistaken chemically treated rocks for mutton-fat beauties. A retired railway engineer, he likened his relationship with jade to an overpriced college education. “In the early years I paid a lot of tuition, but now that I’ve finally graduated, I’m not so easily fooled,” he said as a throng of overeager sellers, hands full of egg-size stones, thrust their wares into his face. [Ibid]

Image Sources: Mostly from the the Palace Museum in Taipei with some from the Silk Road Foundation, Wikimedia Commons, National Museum in Beijing amd the Metropolitan Museum of Art , Beifan http://www.beifan.com/, CNTO and BBC

Text Sources: Palace Museum, Taipei, New York Times, Washington Post, Los Angeles Times, Times of London, National Geographic, The New Yorker, Time, Newsweek, Reuters, AP, Lonely Planet Guides, Compton’s Encyclopedia and various books and other publications.


Ancient China Jade

Jade was also very widely used in Ancient China along with Iron. People in ancient China used Jade for almost 9000 years in rituals, for adornment, and for jadeite which was imported from Burma. Ancient China Jade as a term is used for nephrite and was in use in Europe and America. Chinese seafaring has given evidence of jade being used in Ancient China.

Jade carvings were very famous in China. India also is known to have used Jade widely especially in rituals. There are as many as 20 jade ritual objects being used. Jade was also used for Stone Carvings, and art forms were very commonly made out of stone in Ancient China.

Neolithic Jade was introduced in China in early 7000 BC. The types of Ancient China jade were the Chou Jade, the Pi Jade, Jade with animal spirits. There has been evidence of jade being used in burials and other artifacts in Xinglonggou ruins in Inner Mongolia.

A 6,500-year history illustrated with a jade ax and animal and bird figurines, the bidisk, Cong which could have carved faces with round eyes, jade burial garments. Jade objects were used for conferring immortality.

The Zhou Dynasty, The Qin Dynasty, The Ming Dynasty, encouraged the use of Jade. Ancient China Jade was widely used for making animal motives especially bird motives and human masks. Jade is also associated with the Chinese religion and worshipped for luck and longevity.

Chinese art and architecture has always been of a unique nature and has its own place in history. The Chinese innovative minds have given a lot to mankind and the scientific and best uses of jade are one of them.


Jade Burial Suit – Legend or Reality?

Jade suits were first documented in Chinese literature around AD 320. However, for many years the world suspected that stories and records of jade burial suits were only legends.

The first discovery of two complete jade suits in ancient tombs was made in 1968, which finally proving their existence.

These newly discovered jade suits consisted of thousands of plates of solid jade connected with significant amounts of gold wires.

Since then, others have been found apparently, Jade burial suits were relatively common among the wealthiest aristocrats of the Han Dynasty. Unfortunately, many more have been lost due to grave robbers.

Jade is an ornamental mineral which features prominently in ancient Asian art, as well as having a prominent place in many other cultures.

In prehistoric and ancient China, Jade was used for creating many utilitarian and ceremonial objects and became an “imperial gem.” In the history of Chinese Art, jade has had a special significance, comparable with that of gold and diamonds in the West.

Jade has been valued across many ancient Asian cultures, especially Korea, Burma, Philippines, and India. Additionally, New Zeland Māori and Mesoamerican indigenous cultures valued jade was valued as an elite good.


Des prix

Next to certain rare colors of diamond (such as blue, pink and red), jade is the world's most expensive gem, with prices far above even ruby and sapphire. The record price for a single piece of jadeite jewelry was set at the November 1997 Christie's Hong Kong sale: Lot 1843, the "Doubly Fortunate" necklace of 27 approximately 15 mm jadeite beads, sold for US$9.3 million (see Figure 4). Indeed, out of the top ten most expensive jewels sold worldwide by Christie's in 1999, five out of ten were jadeite, including three of the top four. These auctions clearly show that jadeite is among the most valuable of all gemstones. The most valuable jadeites are those of high translucency and rich Cr-green color.

Although Chinese nephrite prices received little attention for many decades, since the rise of China's economy in the 1990's, the original jade has appreciated tremendously. As of 2014, the world auction record for jade is held not by Burmese jadeite, but by Chinese nephrite (see Figure 10).

Figure 10. This large white imperial nephrite "Xintian Zhuren" seal sold in 2010 for US$15,680,467, at the time a price even beyond that of any jadeite jade.
Image © Sotheby's

Figure 11. The record price at auction for jade was shattered in April 2014 when the Barbara Hutton-Mdivani necklace was purchased by the Cartier Collection for a staggering US$27.44 million. Image ©Sotheby's


Jadeite

Jade Bear
Nephrite's robustness is due to the fact it contains tremolite. It also can be divided into several sub-classifications according to color: white, grey, green, topaz, and black jade.

In China, the most reputable jade producing area is Hetian in Xinjiang Province. Hetian jade is so hard that it can scratch glass. It has often been found in very huge pieces. An example of this is the huge jade hill on which the grand scene of Yu the Great leading people to control flood is elaborately carved. It was 5,350 kg weight (11,795 pounds) when it was completed. Now this artwork is displayed in the Forbidden City.

Serpentine jade, or Xiu yu in Chinese, is mainly from Xiuyan County in Liaoning Province. Made of many different ingredients, it takes on various appearances: white, yellow, light yellow, pink, green, dark green, light green and so on. This type is usually coloured in various shades of green. Usually serpentine jade is semi-transparent or even opaque like wax.

Lantian jade is produced in Lantian County, north of Xi'an in Shaanxi Province. It was also among the most charming ancient jades, for its rigidity made it easier to be carved into decorations and jewelry by our ancestors. The hue is uneven in colors of yellow or light green.

Jade Bracelets
Nanyang County in Henan Province is famous for its abundant Nanyang jade. The ore district is located on an isolated 200 meter high hill, called Dushan Hill (thus its other name of 'Dushan jade'). It is distinctive for its whimsicality. Among the Nanyang jade artworks, you will find rare purple, blue and red ones.


Chinese Jade

Jade has always been the material most highly prized by the Chinese, above silver and gold. The Chinese have historically regarded carved-jade objects as intrinsically valuable, and they metaphorically equated jade with purity and indestructibility. From ancient times, this extremely tough translucent stone has been worked into ornaments, ceremonial weapons and ritual objects. It is a culturally rich object that more than anything else holds the deep emotion and profound thinking of the Chinese people.

As far back as over seven thousand years ago, the forebears of the land had learned from the toil of life such as digging and logging that “jade” was a stone of beauty and eternity. With a glistening sheen just like the springtime sunshine, believed to be high in jingqi (vital force or energy), this beautiful jade was fashioned after the concept of yang et yin into round bi discs and square cong tubes, and marked with deistic and ancestral images as well as “encoded” symbols. A power of “affinity” born of “artifacts imitating nature”, so they hoped, would enable dialogues with the Supreme God, who imparted life through mythical divine creatures and thus created humans. Out of this early animistic belief, came the unique Dragon-and-Phoenix culture of China.

Humanism arrived with passage of time and social development. Gradually dissociated from animistic properties, jade ornaments in the shapes of dragon, phoenix, tiger, and eagle, originally symbolic of clan-families’ spiritual gift, or innate virtue, took on new interpretations as Confucian gentlemen’s virtues: benevolence, rectitude, wisdom, courage, and integrity.

During the Six Dynasties and the Sui-Tang era consecutive waves of foreign influences arrived and impacted the Chinese jade art significantly. Free from either spiritual or Confucian undertones of jade, newly formed literati class in the Song and Yuan dynasties was keen on both nature and humanity. Along with realism, however, archaism existed in support of political orthodoxy, popularizing antiquarian styles for jades. Jade carving exemplified the quintessence of the Song and Yuan culture.

Arts and crafts developed into an age of sophistication in the Ming and Qing dynasties. Starting in the mid-Ming, the region south of the Yangzi River enjoyed great economic prosperity jade carvings became ever finer and more elegant under the patronage of literati and rich merchants. In the 2nd half of the 18th century, the conquest of the Uygur region of Eastern Turkistan further gave the Qing court direct access to and control of the Hotan (Hetian) nephrite mines. In addition, jadeite also started to come in from Myanmar with the active development by Qing in the southwestern region. Driven by the imperial house’s taste, jade carving experienced an unprecedented thriving period.

Throughout the nearly eight-millennium of development, jade carvings have first embodied the Chinese ethic of religion that was in awe of heaven and in reverence of ancestors. Then art in pursuit of realism in both form and spirit peaked after medieval China, manifesting the academic heritage of Chinese scholars in seeking the intrinsic nature of things. The two concepts jointly attest to the deepest and most profound connotation of ancient Chinese jade, the art in quest of heaven and truth.


Voir la vidéo: Восточные танцы в сериале Клон


Commentaires:

  1. JoJogami

    J'ai pensé et j'ai supprimé cette phrase

  2. Demario

    Wacker, quelle phrase nécessaire..., une magnifique pensée

  3. Rennie

    Désolé, j'y ai pensé et j'ai supprimé la question

  4. Sampson

    Je m'excuse, mais cela ne m'approche pas. Il y a d'autres variantes?



Écrire un message